Depuis plusieurs années, la métropole de Grenoble s’est engagée dans une réflexion globale autour du partage de l’espace public et de la volonté de faire évoluer les pratiques de mobilité en faveur d’usages alternatives à la voiture individuelle. Cette réflexion globale a été menée principalement autour du projet de « Métropole apaisée » mais également « Cœurs de ville, cœurs de Métropole Grenoble »

Signé en septembre 2015, le projet « Métropole apaisée » initie une démarche ambitieuse, mise en place par chaque commune signataire selon ses propres rythmes, avec notamment la généralisation d’une limitation à 30km/h pour tout le territoire. Dès le 1er janvier 2016, 14 communes de la Métropole sont ainsi passées au 30km/h intégral.

Cette démarche de « Métropole apaisée » s’est concrétisée par un guide métropolitain des espaces publics et de la voirie, avec 5 principes clés :

  • Partager l’espace public en faveur des mobilités actives et des transports en commun.
  • Conforter les pôles de vie et notamment les centre-villes
  • Garantir la place de la nature et prendre soin de l’environnement
  • Cultiver la diversité des territoires
  • Faire mieux, avec moins.

Et des priorités assumées :

  • 1/ Réseau piéton pour tous (fréquentation et qualité)
  • 2/ Réseau vélo (fréquentation et qualité)
  • 3/ Réseau TC (fréquentation et qualité)
  • 4/ Mesures de réduction et apaisement du trafic motorisé.

 

« Cœurs de ville, cœurs de Métropole Grenoble », un profond réaménagement urbain

De cet ambitieux projet de « Métropole apaisée » a également découlé un projet « Cœurs de ville, cœurs de Métropole Grenoble » démarré en avril 2017. Ce projet entérine notamment la fermeture à la circulation automobile d’un axe important du centre-ville (l’axe Sembat-Rey-Lyautey), la piétonnisation de deux secteurs du centre-ville, l’aménagement d’un réseau cyclable structurant, ainsi que le réaménagement de la place Grenette, place centrale de la ville.

Rappel des principaux objectifs du projet :

  • Réduire les nuisances et la pollution : améliorer la qualité de vie et apporter des solutions face aux risques pour la santé publique, en réduisant les émissions de pollution, de bruit, et le nombre d’accidents dus à l’importance du trafic automobile
    • En développant le réseau structurant de transports publics et en favorisant les modes actifs
    • En favorisant les déplacements multimodaux
    • En modérant l’usage de la voiture et limiter le transit à travers le centre-ville
  • Etendre le cœur de la Métropole par l’agrandissement du secteur piéton
  • Faciliter l’accès au centre par le report modal vers les transports en commun et vers les modes actifs
    • Avec une régularité accrue des bus et a partie centrale du réseau Chronovélo
  • Organiser les circulations automobiles pour en modérer l’usage avec un rabattement lisible vers les parkings couverts et les P+R
  • Améliorer le confort urbain pour rendre le centre plus attractif et mettre en valeur le patrimoine
  • Contribuer à conforter et dynamiser le commerce

Un observatoire complet pour mesurer les effets du projet « CVCM / Grenoble » avant, pendant et après la réalisation du projet

Le bilan de la concertation préalable (26 septembre au 7 novembre 2016) a affirmé la mise en place de l’observatoire du projet CVCM/G.

La Métropole a mis en place un observatoire très complet qui vise à évaluer l’impact de ce projet « CVCM » sur plusieurs données clés : les déplacements en voiture, à pied et à vélo via le suivi du trafic, la fréquentation des transports en commun, mais également les mutations urbaines (évolution de l’habitat, activité économique et commerciale, l’environnement (air, bruit, sécurité) et les perceptions de l’espace public…

Ce dispositif est articulé autour du recueil et de l’analyse des données quantitatives (comptages, enquêtes, etc.) et qualitatives (observations, discussions avec des experts, usagers, commerçants…).

Des résultats encourageants

Les résultats de cet observatoire ont été communiqués très régulièrement aux élus, au public et aux médias.

Sur le volet du commerce, et selon l’observatoire CVCM, l’activité des commerces et des entreprises semble indiquer une bonne dynamique commerciale du centre-ville. Les services de la Métropole enregistrent par ailleurs une hausse du nombre de commerces de proximité. Les chiffres de l’observatoire ont montré une diminution du taux de vacance commerciale dans le centre-ville de 8,8 % à 8,3 % entre l’automne 2017 et mars 2018.

Par ailleurs, avec la mise en place du nouveau plan de circulation : les modes de déplacements pour accéder au centre-ville grenoblois évoluent dans le sens attendu.  Entre 2017 et 2018, l’accès en voiture au centre-ville a ainsi diminué de 3 % au niveau des sorties du centre-ville et de 4 % au niveau des entrées. En hausse significative, l’utilisation des parkings relais, de + 7 % entre 2016 et 2017 et de + 4 % sur la même période pour les parkings en ouvrage.

La pratique du vélo, en forte progression depuis plusieurs années, continue de progresser également. L’augmentation notée par l’observatoire (et qui s’appuie sur les données de fréquentation des 5 compteurs automatiques installés depuis 2008 par la métropole) est ainsi de +50% de déplacements à vélo en 11 ans (entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2018) principalement dû à la pratique « utilitaire » du vélo (+12 % sur les 9 premiers mois de l’année 2019 (sur les bases des 5 compteurs permanents vélos) par rapport à 2018 (forte hausse sur les mois de février et mars liée en partie aux conditions météorologiques très favorables).

La fréquentation des lignes de bus est restée globalement stable, avec une augmentation constatée de la régularité et ponctualité du service.

Mesure de la fréquentation piétonne

Dans le cadre de ce dispositif global, la Métropole a également installé spécifiquement des compteurs de type PYRO-Box afin d’objectiver la fréquentation de ses rues du centre-ville. Au total, 4 compteurs permanents et un compteur mobile ont été déployés, dans l’optique de bénéficier de points de référence sur la fréquentation, tout en pouvant mettre en place des campagnes de comptage temporaire. Les compteurs implantés ne bénéficiant pas de la distinction de pratiques entre piéton/vélo, une calibration manuelle basée sur l’observation a été faite, et qui a conclu sur une répartition piéton/vélo de 95%/5%.

Sur ce point, l’observatoire constate que, suite de la mise en place du nouveau plan, une augmentation globale de la fréquentation piétonne de +3% entre avril 2017 (avant la mise en place) et avril 2018 (après la mise en place).

Pérennité du nouveau plan de circulation

Le nouveau plan de circulation a fait l’objet d’ajustements successifs, notamment dans les réglages des carrefours à feux pour en optimiser le fonctionnement. L’observatoire de suivi du projet CVCM a montré par ses comptages permanents et manuels qu’une évolution des pratiques de déplacements était à l’œuvre : diminution des flux de véhicules entrant ou sortant du centre de Grenoble, augmentation de la fréquentation des bus, augmentation du nombre de piétons dans le centre et de déplacements à vélo, utilisation des parkings relais en hausse… Et grâce aux données de fréquentation, le nouveau plan de circulation a pu être définitivement validé !

Projets futurs

La Métropole travaille actuellement sur des projets de franchissement des coupures urbaines et compte bien utiliser les données de fréquentation pour évaluer l’impact de ces nouveaux aménagements. Un projet est également en cours pour calibrer les données de fréquentation fournies par les opérateurs mobiles avec les données de fréquentation permanentes, et ainsi obtenir des informations sur les fréquentations sur un secteur plus large.